faites un don

Don IFI (anciennement ISF)

En donnant à la Fondation du Prado, vous avez la possibilité de déduire 75 % du montant de votre don de votre Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI). Donner au Prado dans le cadre de l’IFI, c’est réduire votre impôt et l’attribuer à une cause juste et solidaire qui œuvre à côté de chez vous.

Donner au titre de l’IFI

À partir du 1er janvier 2018, l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) remplace l’ISF. Si vous faisiez des dons au titre de l’ISF, vous pouvez en faire au titre de l’IFI, les avantages fiscaux restant les mêmes.

Les dons dans le cadre de l’IFI sont indispensables pour réaliser la mission d’intérêt générale qui est la nôtre. Ce soutien nous aidera à accompagner des enfants et des jeunes malmenés par la vie vers des lendemains meilleurs.

 

Avantages fiscaux

Dans le cadre de la loi TEPA les dons effectués au profit des fondations reconnues d’utilité publique, comme Le Prado, ouvrent droit une réduction d’impôt à valoir sur votre Impôt sur la Fortune Immobilière.

Vos dons IFI sont déductibles à hauteur de 75 % et dans la limite maximale de 50 000 € (soit un don de 66 667€). Cependant, ce plafond était abaissé à 45 000 € si vous déclariez également, dans la même année, des investissements dans le capital des PME.

 

A quoi sert mon don ?

> Avec un don de 5 000 € (soit 1 250 € après déduction fiscale) par exemple, vous accompagnez des jeunes dans leur insertion professionnelle

 

Les bourses « Coup de Pouce » sont des aides financières d’un montant moyen de 800 € ayant pour vocation d’aider un jeune du Prado à concrétiser un projet essentiel à son insertion tels une formation, le passage du permis de conduire, une caution d’appartement… Un jeune est éligible à ce programme jusqu’à deux ans après son départ du Prado. Chaque soutien est attribué par une commission constituée de salariés et administrateurs du Prado qui étudient des dossiers rédigés par le jeune demandeur et son éducateur référent avec des devis à l’appui.

A quoi servent les Bourses « Coup de Pouce » ?

C’est par exemple grâce à ce dispositif qu’Ervis Selmani, arrivé au Prado il y a deux ans, a pu commencer en 2016 la formation CAP Carrosserie qui l’intéressait, à l’Ecole Boisard de Vaulx-en-Velin. Scolarisé au Kosovo jusqu’à ses 12 ans, il a travaillé sérieusement l’apprentissage du français et ses efforts sont aujourd’hui récompensés ; suite à un très bon premier trimestre de formation, il pourra prétendre se présenter au concours du meilleur apprenti de France en 2018. Ervis aura 18 ans au mois de juin 2017, et peut donc encore bénéficier de la bourse pour terminer cette formation.

 

La bourse « Coup de Pouce » a également aidé Leila Rafii à entamer sa formation BAFA. Arrivée au Prado à 17 ans, Leila a effectué plusieurs stages, et c’est en travaillant pour l’association Léo Lagrange à Bourgoin qu’elle a découvert et apprécié l’animation en centre de loisirs. Après avoir passé avec succès la première partie du diplôme, elle continue à s’impliquer dans cette association et prévoit de finaliser sa formation par deux autres stages.

 

 

> Avec un don de 12 000 € (soit 3 000 € après déduction fiscale), vous apprenez aux enfants les gestes d’hygiène de base et le « prendre soin de soi »

 

La socio-esthétique est la pratique de soins esthétiques adaptés aux personnes fragilisées par la vie. Depuis le mois de novembre 2014, fait rare dans le secteur de la protection de l’enfance, les équipes du Prado travaillent en coordination avec une socio-esthéticienne diplômée du Codes pour aider les jeunes à se réconcilier avec eux-mêmes. Une fois par semaine, elle intervient de manière collective ou individuelle dans une dizaine d’établissements et services du Prado. Elle répond aux questions, donne des conseils d’hygiène et de beauté à plus de 120 jeunes par an, garçons et filles confondus, tout en réalisant avec eux différents soins.

 

« Les ateliers sont très bien faits, bien structurés et avec des bons thèmes à traiter lors des séances faites avec Hélène. Au début, je pensais que ces ateliers étaient dédiés aux filles, je me suis bien trompé car même les garçons peuvent y trouver du plaisir. Hélène est quelqu’un à l’écoute des jeunes, elle nous permet de pouvoir faire une pause. Elle est dévouée et on le ressent » J., 16 ans ½

« La socio-esthétique m’apporte beaucoup de choses, ça nous aide à mieux prendre soin de nous et être bien dans notre peau. J’aime bien ces moments partagés avec les autres, ça peut être rigolo comme calme. J’aimerais bien continuer, c’est amusant d’être avec les éducateurs pendant les séances » A., 15 ans ½

 

Donner dans le cadre de l’IFI

 

 

Abonnez-vous à nos communications